SwiSCI et InSCI - Résultats de l'étude précédente en Suisse et dans 21 autres pays

Chère lectrice, cher lecteur,

Saviez-vous qu’en Afrique du Sud, 37 % des lésions médullaires traumatiques sont causées par des violences infligées par des tiers ? Ou encore que 86 % des personnes atteintes de lésions médullaires vivant au Brésil sont sans emploi ?

Jusqu’ici, nous ne savions que relativement peu de choses sur la façon dont les personnes atteintes de lésions médullaires se portent dans les autres pays, sur les soins de santé qu’elles reçoivent et sur leurs possibilités de participation à la vie sociale. L’enquête internationale sur les lésions médullaires InSCI (International Spinal Cord Injury Survey) nous permet désormais de mieux en mieux répondre à ces questions et de comparer la situation dans les autres pays avec celle de la Suisse. L’enquête SwiSCI suisse n’a pas été la seule à avoir lieu en 2017/18. Au total, 21 autres pays ont également mené une enquête sur le modèle de SwiSCI dans le même temps.

Se basant sur les données de l’InSCI, des chercheurs du monde entier et la Recherche suisse pour paraplégiques (RSP) ont analysé les problèmes de santé existants, les soins disponibles pour les personnes atteintes de lésions médullaires, l’accès aux mesures de réadaptation et moyens auxiliaires, l’autodétermination de leur vie et leur possibilité de retour à la vie professionnelle. Au moyen des résultats de cette étude, nous pouvons évaluer si et comment les différents pays répondent aux exigences et identifier où des adaptations doivent être mises en œuvre. Afin de développer des solutions durables, une collaboration étroite entre les experts de la santé, du social et de la politique ainsi que du domaine de la formation, du droit et de l’économie est nécessaire.

Dans certains pays, des scientifiques ont déjà soumis des propositions aux représentants politiques et sanitaires : en Allemagne par exemple, la façon dont l’accessibilité de tous les espaces publics peut être garantie est négociée. En Malaisie, des programmes de mentorat par des pairs pour les personnes atteintes de lésions médullaires et leurs familles sont mis en place afin qu’elles puissent se soutenir mutuellement. Concernant la Suisse, nous pouvons apprendre où nous nous situons dans la comparaison internationale et ce que nous pouvons améliorer.

Cela nous encourage à continuer de fournir des preuves fondées scientifiquement et, ainsi, poser le fondement d’un « système apprenant pour la paraplégie », en Suisse et à travers le monde.

Cordiales salutations,

Mirja Gross-Hemmi

Mirja Gross-Hemmi

Coordinatrice scientifique InSCI

Mots-clés: InSCI, International Spinal Cord Injury Survey, Recherche internationale

Imprimer